MENU
Écoute en direct
 
 
HEAD DOWN (BASTILLE) - LOST FREQUENCIES
Voir les chansonsjouées récemment +
Exprimez-vous! Par téléphone Par courriel Sur Facebook
Nouvelles
Actualités

23 novembre 2023

La maltraitance en institution sévit aussi dans nos régions

par Marc-André Hallé

La Commissaire aux plaintes et à la qualité des services du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord observe une hausse de 8% du nombre de dossiers d’intervention pour l’année 2022-2023.

Parmi les 985 dossiers de plaintes ouverts, certaines récriminations reviennent d’année en année chez les usagers et sont encore présentes, avec, en tête des critiques, les soins dispensés, les relations interpersonnelles et l’accessibilité aux services.

Les plaintes de nature médicale ont notamment augmenté de 24%.

Les établissements ont apporté 184 mesures correctives ou recommandations à leurs unités de service.

Cependant, même si ces motifs ont dû être examinés et validés et que certains n’ont pas nécessité de suivi, le dernier rapport de la commissaire se distingue par la hausse inattendue des cas de maltraitance chez les plus âgés qui ont été traités, dont le nombre a doublé, passant de 30 à 60, et qui représentent maintenant 10% de l’ensemble des plaintes.

La commissaire Manon Bourgeois précise que les victimes se plaignent rarement et que ces signalements visent dans les deux tiers des cas des membres du personnel de santé, le reste concernant un proche de la famille ou un tiers.

Comme elle l’indique, la Loi visant à lutter contre la maltraitance envers les aînés prévoit des mesures, élargies depuis 2022, qui visent à faciliter la dénonciation des cas de violence et la confidentialité des renseignements relatifs à l’identité du signalant.

Le signalement d’événements inappropriés est obligatoire pour les usagers en CHSLD et en résidence privée, intermédiaire ou familiale.

Par ordre d’importance, les cas de maltraitance recensés au cours de la dernière année financière étaient de nature physique, organisationnelle, financière et psychologique.

Le délai moyen de traitement pour l’ensemble des plaintes en 2022-2023 était de 43 jours, alors que le Ministère recommande un maximum de 45 jours, la pénurie de personnel surtout durant les vacances estivales ne favorisant guère un traitement rapide, selon Manon Bourgeois.

Retour aux nouvelles

Vous avezune nouvelle?